Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 15:46

Une petite réflexion sur le roman actuel..

Y a-t-il vraiment un roman engagé dans notre pays ? Je crois que la réponse à cette question se trouve en effet dans notre réalité culturelle. Il s’ensuit donc, par la logique des choses, que cette réponse serait à coup sûr négative.

Les quelques romans écrits en arabe et qui constituent essentiellement notre unique trésor culturel contemporain, ne professent absolument pas l’esprit d’engagement, en ce sens qu’ils ne visent à rien, ou plutôt ils font état des faits qui ne touchent ni de prés ni de loin les préoccupations populaires.

On sait bien que des considérations politiques empêchent souvent l’écrivain de s’engager dans la bataille pour le progrès et la liberté, car, comme il est d’ailleurs d’usage dans notre pays, un écrivain engagé, est la cible, le point de mire de l’appareil répressif de l’Etat.

Il lui a fallu alors écrire sur n’importe quel sujet hormis ceux qui sont sacrés, éternellement sacrés, en l’occurrence, la politique et la religion ; celui qui s’y aventure, risque assurément d’être disgracié, malmené, supplicié et jeté dans les ténèbres d’une étroite tanière, pour y expier lentement le pêché mortel qu’il a commis.

Toucher à la politique ou même à la religion, ce serait effectivement un sacrilège impardonnable, une profanation, punis d’internement  ou d’exil et même de châtiment suprême.

Néanmoins, la politique et la religion ne constituent pas exclusivement des thèmes authentiques du roman engagé. Quelles sont alors ses caractéristiques essentielles ? Le roman engagé est le roman qui transmet un message sérieux et réel, c’est celui qui traduit la misère du peuple, qui met en évidence -en suivant en cela les chemins de la stricte vérité- les profondes vicissitudes sociales, de mettre à nu les tares, les gangrènes qui minent, qui rongent insidieusement l’édifice social, d’étaler enfin les injustices, les tyrannies et d’y apporter les remèdes qui s’imposent… Voilà en peu de mots, ce que c’est qu’un roman engagé, qui, par son essence même, doit viser un objectif fondamental, salutaire et authentique…

Notre société actuelle se désagrège lentement, souffre dans ses structures et plus prés de l’effondrement. Il appartient de ce fait à l’écrivain engagé de prévenir cette calamité et de faire ressortir tous les maux qui accablent notre société dans ses plus intimes profondeurs…

Ce roman tente effectivement de réaliser ce but primordial, en mettant en relief les injustices sociales et les facteurs de désordre et de tyrannie, essayant de faire comprendre que les éléments les plus intimes, les plus insignifiants en apparence, peuvent occasionner de véritables catastrophes dans la société et de contribuer à précipiter cette dernière dans la ruine et la décadence.

Le roman engagé est pour moi, le miroir de la vie en marche, avec ses soubresauts, ses malheurs et ses bonheurs ; c’est le reflet de la société en lutte pour sa survie ou pour  son écroulement.

Tout roman qui n’obéit pas à ces principes et qui ne renferme en son sein aucun but noble à atteindre et à faire prévaloir glorieusement, n’est pas un roman et ne mérite guère qu’on s’y intéresse ni de prés ni de loin. Le roman doit servir la société et l’architecture sociale, veiller à son équilibre et raffermir ses fondements, en extirpant tous les maux, c’est ce que j’ai fait dans ce roman.

D’ailleurs, écrire et publier, relèvent aujourd’hui du miracle. L’écriture n’apporte rien, n’assure pas la subsistance et celui qui s’y engage même avec la volonté bien déterminée et exclusive de contribuer au progrès intellectuel et de tenter d’instaurer des traditions culturelles et civilisationnelles, ne récolte que la misère et le désespoir.

Ce qui fait que, l’écriture ne constitue pas en soi un gagne-pain : il n’y a pas, que je sache, dans notre pays un seul écrivain professionnel, ce qui a provoqué une crise culturelle sans précédent durant ces dernières décennies.

Outre cela, le public, hanté par l’esprit matérialiste, accentué par ailleurs par la cherté du coût de la vie et , ce qui est pire en soi,on n’a négligé encore délibérément d’insuffler  dans la masse l’amour du livre, de stimuler en elle le  goût pour la lecture et de contribuer par des moyens adéquats à l’épanouissement de ses facultés intellectuelles..Le public ne cherche pas la nourriture de l’esprit..il n’aspire qu’à sa pitance quotidienne,le but suprême de ses préoccupations et de ses soucis.. !

 

Drmohamedsellam

Voir youscribe/drmohamedsellam

 Kandinsky--66-.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by drmohamedsellam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de sellam44.over-blog.com
  • Le blog de sellam44.over-blog.com
  • : Mon Blog est conçu pour être un pont de culture et d"échange d'idées et d'impressions..C'est aussi un miroir reflétant les graves injustices de ce monde..
  • Contact

Recherche

Liens